QUE FAIT NOTRE MUNICIPALITÉ POUR FAIRE CESSER LES DÉPÔTS SAUVAGES DANS LA ZAC DE PEYREMAIL ??……

Le 15 mars 2010, nous alertions sur notre Blog la Municipalité sur la décharge sauvage de la ZAC de PEYREMAIL. Qu’a fait la Mairie ??…. à en croire les photos ci-dessous……..RIEN !!….

img3002.jpg img3004.jpg

 img3001.jpg img3005.jpg

Cette décharge prend de l’ampleur, de jour en jour, car maintenant elle ampute une partie de la route. La Feuille Jaune n’a pas d’élu au Conseil Municipal, mais si des voix « responsables » pouvaient se faire entendre, auprès de notre Maire, pour que cette zone soit nettoyée et qu’un grillage soit mis en place pour y interdire l’accès……cela serait un bon point pour eux !!….et, en plus, les riverains leurs en seraient reconnaissant !….



ECOLE DE MUSIQUE

instrumentdemusique.jpg

En Février dernier la Directrice à quitté l’établissement livradais. La méthode de communication, le manque d’esprit d’ouverture, la suspicion perpétuelle de la part de notre Maire et de certains élus, leur volonté de favoriser des intérêts privés, l’ont conduite à s’éloigner d’un établissement qui devenait ingérable.

Nous nous interrogeons sur les buts réels poursuivis par la municipalité et sommes inquiets sur l’avenir de l’Ecole.

Ou va la culture livradaise ?…..

En à peine deux années de mandature, de notre nouvelle majorité, nous avons perdu, l’Ecole de Danse, la MJC et tout récemment le cinéma l’UTOPIE.

De plus devrons nous nous contenter d’une Fanfare qui n’est que l’ombre d’elle-même ?…..

Il faut que notre Maire et certains de nos élus reviennent dans le droit chemin pour que l’appauvrissement culturel de notre ville cesse !!…..



LA MORT « ANONCEE » D’ART-CINE ET DU CINEMA L’UTOPIE !!……

img2998.jpgclairepasut1.jpg

Lucien Martinière, Président de l’Association « la Feuille Jaune », s’étonne de ce que notre Maire (PS), Claire Pasut, ne se soit pas engagée plus fermement pour que notre Cinéma « L’Utopie » ne mette pas la clé sous la porte (suite à une décision judicaire) le 16 mars dernier. 

La Feuille Jaune a pris le temps de s’entretenir avec M. Alain Delprat, Président de l’Association « Art-Ciné », pour essayer de savoir comment nous en sommes arrivés à cette situation très préjudiciable à l’accès à la culture des livradaises et des livradais. La MJC a déjà fait les frais, il y a quelques mois, de cette politique de non engagement de notre municipalité par principe d’économie. 

Sans vouloir prendre partie, il semble que l’avenir d’Art-Ciné a été décidé depuis plusieurs mois. C’est pourquoi aujourd’hui nous souhaitons avoir des réponses de la municipalité aux questions que nous lui posons !!……

« alors que l’association Art-Ciné pouvait être en mesure de continuer son fonctionnement et rembourser ses emprunts, comme le prévoyait le plan de redressement ». 

-     Pourquoi notre Maire n’a jamais répondu à tous les courriers envoyés par le Président d’Art-Ciné ?… 

-     Pourquoi avoir refusé la signature des conventions de prestations projections plein air, étés -2008 et 2009 ?… 

-     Pourquoi s’être ingérée dans la décision du DLA qui pouvait mettre en place des actions de recherches de nouveaux publics pour le cinéma ?… 

-     Pourquoi la subvention départementale n’a été reçue qu’en Décembre 2009 mettant en péril l’Association Art-Ciné ?… 

-     Pourquoi avoir changé de prestataire pour les projections en plein air de l’été 2010 avant que la liquidation judiciaire soit prononcée ?…Le choix définitif des films pour les communes était le 25 mars dernier. 

-     Pourquoi avoir refusé de faire une étude d’impact de la structure sur le territoire en parallèle avec l’audit financier ?… 

-     Pourquoi ne pas avoir soutenu la création, au centre départemental de l’image L’Utopie centre image, d’un bureau d’accueil des tournages en Lot et Garonne, en discussion depuis plusieurs mois, avec CG47 et ECLA Aquitaine ?…

 -     Pourquoi lors de l’audience du tribunal le 12 mars 2010 il a été annoncé qu’une Association serait prête pour la reprise de l’activité cinéma. 

 -     Pourquoi des propositions « d’embauche future » ont été faites à certains salariés dès le mois de novembre 2009. 

-     Pourquoi Mme Texeira aurait auprès de plusieurs personnes du Villeneuvois dénigré le cinéma l’Utopie, serait-elle exempte de soutenir le développement culturel dans notre ville ?… 

-     Pourquoi les dissidents du Conseil d’Administration sont-ils tous des proches de notre Maire ?……pourquoi des informations concernant le fonctionnement de l’association ont été reprises dans la presse ?… et enfin pourquoi notre Maire a imposé sa présence ainsi que celle de 2 de ses adjointes pour cette même Assemblée générale de l’association Art-Ciné d’octobre 2009 ?… 

 -     Pourquoi notre municipalité s’apprêterait à subventionner à hauteur de 25 000€ en plus des frais de structure (immeuble récupéré par la Municipalité) la nouvelle Association, alors qu’elle s’y est opposée pour Art-Ciné ?…

 -     Cette liste qui n’est pas exhaustive nous donne à réfléchir sur une éventuelle manipulation de notre municipalité pour mettre fin à Art-Ciné pour récupérer les bâtiments et les équipements en place, sans tenir compte des pertes financières importantes qui devront être épongées par les livradaises et les livradais.  



LA CCGV ET LA MUNICIPALITE LIVRADAISE ONT LAISSE MOURIR NOTRE CINEMA !!……

Notre association avait déjà dénoncé, précédemment, le manque d’enthousiasme de notre Maire à s’impliquer pour défendre le dossier concernant le cinéma « L’UTOPIE ». Maintenant ç’est fait, il est fermé depuis de 16 mars 2010 (sur décision de justice) privant ainsi les livradaises et les livradais d’un pan essentiel de l’accès à la culture. Il y a quelques mois la MJC déposait le bilan, maintenant nous perdons notre Cinéma !!…Des bruits circulent comme quoi notre Maire, qui ne l’oublions pas est Vice-présidente à la CCGV, Vice-présidente au Conseil Général et dans ces deux postes « chargée de la culture », donc bien placée pour présenter et défendre les intérêts culturels de la commune, aurait d’autres projets pour ce bâtiment. C’est pourquoi nous avons décidé de faire paraître (dans son intégralité) la lettre émanant du Président et de membres du Conseil d’Administration de l’Association ART-CINE qui nous expliquent, selon eux, comment nous en sommes arrivés là.

utopie.jpg

Sainte Livrade sur Lot, le 20 mars 2010.

Madame, Monsieur, 

Comme vous l’avez peut-être appris par la presse, l’association ART-CINE est en liquidation judiciaire depuis le 16 mars 2010. Cela a débouché sur la fermeture complète et immédiate de l’établissement. 

Comment en est-on arrivé là, après 19 années de fonctionnement ? 

Depuis 2006, la situation financière était bien difficile après les travaux de rénovation, les problèmes de malfaçons, les pérennisations des emplois jeunes, la baisse brutale de la fréquentation du cinéma, la baisse des soutiens financiers alloués au partenaire historique de l’association qu’était la Maison des Jeunes et de la Culture. Le remboursement des emprunts avait beaucoup de mal à être régulier. Cependant, le “carnet de commande” de L’UTOPIE centre image augmentait et les partenariats devenaient plus nombreux sur le territoire. En 2008, le déficit est de 30 000 euros provenant essentiellement de la partie exploitation cinématographique. Ce secteur n’est pas subventionné par les collectivités locales. C’est la seule salle obscure lot et garonnaise dans ce cas. 

La solution envisagée était donc que la Ville de Sainte Livrade sur Lot et la Communauté de Communes du Grand Villeneuvois apportent un soutien à hauteur de 25 000 euros par an. Cette proposition, faite en janvier 2010, n’a jamais reçu de réponse. Cela aurait pu valider le plan de redressement proposé par le président de l’association, suite à la mise en redressement judiciaire en date du 17 novembre 2009. 

Aujourd’hui, avec un passif de 500 000 euros, constitué essentiellement des emprunts à long terme, le tribunal, en l’absence d’engagements fermes de la part des collectivités locales, n’a pas souhaité poursuivre la période d’observation. Pourtant, les comptes financiers 2009 seraient, dans l’attente de vérification par le cabinet comptable, relativement bons. Entre temps, les coups bas orchestrés par des proches de la municipalité (élus du Conseil d’Administration d’ART-CINE) ont perturbé le fonctionnement quotidien de l’association l’amenant petit à petit dans une situation de blocage. Nous avons pu constater que leurs relations avec les élus livradais étaient courantes, alors que depuis 2 ans aucun courrier du président n’a obtenu de réponse. Tout, alors, fut bon pour déstabiliser le Conseil d’Administration et dénigrer ses responsables. 

Ainsi, tout laisse donc à penser que la collectivité a un projet particulier pour cet équipement exemplaire dans le département, envié par de nombreux acteurs culturels. Elle a donc mené les actions adéquates pour arriver à la liquidation pour ensuite faire une proposition d’achat de l’immeuble au prix le plus bas. Déjà, nous avons entendu parler, devant le tribunal, de la création d’une association, avant même la mise en liquidation, pour la gestion du cinéma, de reprise de certains personnels. Depuis deux ans, des actions similaires (envers l’école de danse, l’école de musique, la Maison des Jeunes et de la Culture, les Restos du Coeur, la crèche parentale,…) nous confortent dans cette position. Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage. Cela facilite grandement la récupération des actions qui ont mis des années à naître et à se développer, sans tenir compte des aspects humains, sociaux et économiques. Est-ce là le rôle d’un élu local ? 

En 2003, la Maire actuelle (à ce moment là dans l’opposition) avait voté au conseil municipal contre le droit de préemption, laissant ainsi la possibilité de l’achat de l’immeuble actuel par l’association ART-CINE. Aujourd’hui, elle trouve anormal que les collectivités subventionnent un équipement qui ne leur appartient pas.

De nombreux exemples lot et garonnais nous montrent que les solutions peuvent exister face à des difficultés de ce genre : le Florida à Agen a bénéficié en son temps du soutien espéré pour son maintien, les Baladins ont pu renaître grâce au concours du département, l’Etat et le Département se sont portés au chevet de l’AEIH d’Escassefort,… Chaque fois, il y a eu urgence à trouver collectivement la réponse favorisant le maintien de l’activité. Sans parler des aides octroyées aux entreprises et des entreprises sous transfusion. Aujourd’hui, les nombreux partenaires de L’UTOPIE cinéma et de L’UTOPIE centre image, vont devoir se passer de ces services. Les options cinéma audiovisuel de deux lycées sont orphelines (que feront les élèves qui présentent le bac au mois de juin ?), les établissements scolaires inscrits dans les dispositifs d’éducation à l’image ne peuvent plus bénéficier sur place de la vision des films au programme, des ateliers programmés sont arrêtés, des séances spéciales de cinéma (notamment avec le film La rafle) sont annulées. Tout cela était programmé pour les prochains mois. L’UTOPIE centre image était le correspondant départemental de Ecrit Cinéma Lecture Audiovisuel en Aquitaine (écla).

Où seront les économies tant prônées par Madame le Maire de Sainte Livrade sur Lot, Vice-présidente de la Communauté de Communes du Grand Villeneuvois en charge de la Culture, Vice-présidente du Conseil Général en charge de la Culture ? La prise en charge de cet équipement sera bien plus coûteuse que ce qu’elle est aujourd’hui pour les collectivités. Où est le projet éducatif et d’Education Populaire qui animait l’association ART-CINE ?

La formation du citoyen ne semble pas être une priorité. Nous sommes bien conscients qu’une politique culturelle locale appartient aux élus. Cela n’empêche pas les citoyens que nous sommes d’en avoir connaissance et de faire le choix en toute logique de son agrément, en tout ou en partie, au bénéfice du développement local et territorial appartenant à chacun. Nous avons toujours cru bon de travailler pour tous les publics avec nos convictions éducatives et sans exclusions des uns ou des autres. C’est sur la base de ces valeurs que nous avons imaginé l’équipement actuel dont nous avons doté la Ville de Sainte Livrade sur Lot. Ce projet, reposant sur une expérience de longue date, a fait en 2002 l’unanimité des collectivités locales, de l’Etat et de l’Europe qui se sont investies à hauteur de 60% du projet dont le coût total était de 1 100 000 euros.

Un pari qui était tout à fait admissible avec un soutien classique et normal des collectivités. La preuve les banques ont à l’époque joué le jeu. Aucune des collectivités locales n’aurait pu obtenir un soutien aussi important. En 19 ans, l’association ART-CINE a perçu, en tout et pour tout de la Ville de Sainte Livrade sur Lot, la somme de 69 000 euros, soit 42 000 euros pour l’investissement et les travaux et 27 000 euros pour les 13 dernières éditions du Festival du Film cinéma d’ici et d’ailleurs dont la renommée dépasse très largement le département.

Le soutien financier de la Ville représente 2,6% du budget annuel de l’association. Aujourd’hui, nous regrettons, comme beaucoup d’associations, de ne pas avoir pu nous appuyer sur une politique culturelle pensée par les élus de la Ville, de la Communauté de Communes du Grand Villeneuvois et du Département. 

C’est pourtant ainsi que le développement doit s’envisager. Ce département n’est donc pas prêt pour l’aventure culturelle qui lui fait tant défaut, depuis de nombreuses années.

Nous noterons que seuls l’Etat et la Région nous ont toujours apporté leur soutien et que le dialogue, le contrôle et le conseil n’ont jamais fait défaut. Le sort de l’association Art-Ciné est donc définitivement joué mais notre volonté est qu’aucune action de récupération de ce genre ne puisse se reproduire et vienne, dans quelque territoire que ce soit, nuire à la population. 

Nous souhaitons ici remercier tous ceux qui ont cru en ce projet culturel et l’ont soutenu depuis 1991. Merci donc à vous tous, connus et anonymes, usagers du cinéma et des prestations, bénévoles des 26 éditions du Festival du Film cinéma d’ici et d’ailleurs, élus locaux, professionnels du cinéma et de l’audiovisuel,… pour votre fidélité. Depuis son ouverture le 31 janvier 1991, ce sont 300 000 usagers qui se sont pressés dans les salles de L’UTOPIE cinéma et de L’UTOPIE centre image

Pour toute réaction, vous pouvez vous connecter sur le site www.lutopie.biz et envoyer votre contribution écrite ou financière à l’adresse de l’Association de Soutien à la MJC et à ART-CINE (42, rue Saint-Etienne 47300 Villeneuve sur Lot).

Une pétition est ouverte sur http://www.petitionduweb.com/LaMortdArtCineacute-6625.html 

Signé, les administrateurs : 

Alain DELPRAT, Président (fondateur de l’association ART-CINE et du Festival du Film cinéma d’ici et d’ailleurs, membre élu au CA du Syndicat de l’Exploitation Cinématographique du Sud Ouest, représentant de la petite exploitation à la FNCF, membre de l’Académie des César, de ECRANS 47, de ECLA Aquitaine, du jury BPJEPS TIC d’Aquitaine) ; Matthieu SAMEL, Trésorier ; Sylvie GANIERE, Secrétaire ; Pierrette HIAS, Membre ; Christophe SAMEL, Membre ; Jean-Manuel TORRES, Membre ; Geneviève VICTOR-PUJEBET, Membre. 7 personnes régulièrement élues sur les 13 qui composent le Conseil d’Administration de l’association ART-CINE.

« 



LE PUITS DE LA RUE JEAN BARRAND.

C’est une histoire banale qui démontre bien que le civisme n’est pas à la portée de tout le monde,alors qu’il est plus agréable de vivre dans une ville propre et fleurie.

Madame X entretenait depuis plusieurs décennies le puits situé dans la rue, Jean Barrand, ou elle demeure. Aujourd’hui trop âgée elle ne peut plus assurer cette tâche et se lamente de voir cet endroit devenir un lieu ou des personnes déposent, sauvagement, des ordures. De plus le puits prend de l’âge et des pierres commencent à se détacher de l’édifice. Quelques photos ci-dessous montrent l’état des lieux :

img2978.jpg

img2979.jpg

La Feuille Jaune demande à ce que notre Municipalité fasse un effort, cette année, pour que ce puits soit remis en état et fleuri comme dans le passé. Il ne faut surtout pas que cet ouvrage disparaisse car il reste le témoin de la vie de nos ancêtres qui venaient ici y puiser l’eau pour se laver, pour cuisiner et se désaltérer. Ce puits est la mémoire de Sainte-Livrade et il faut qu’il retrouve la place qui est la sienne dans notre ville. Si rien n’est entrepris rapidement ce lieu est condamné à brève échéance et ce serait dommage pour cette personne qui pendant des années, bénévolement et sur sa maigre retraite, a su maintenir ce site propre et fleuri pour le bien des livradaises, des livradais et des touristes qui empruntent cette rue.



LA MUNICIPALITÉ OUVRE-T’ELLE UNE DÉCHARGE SAUVAGE DANS LA ZAC DE PEYREMAIL ??…..

Attirés par les passages de véhicules de la Municipalité, des riverains nous ont appelé, pour nous signaler que ces derniers déversaient des déchêts de tous genres sur un petit terrain qui appartiendrait à la Commune, dans la ZAC de Peyremail. La Feuille Jaune s’est donc rendue sur place pour vérifier ces allégations. Effectivement, sur place, une décharge sauvage, qui déborde bientôt sur la route, a vue le jour. Après nous être renseignés dans la zone, il s’avérerait que les rats et d’autres nuisibles aient élu domicile dans les déchêts. Pour que chacun se rende compte que nos révélations sont exactes nous avons pris les clichés que vous pouvez voir en dessous de notre article.

img2983.jpgimg2984.jpg

img2985.jpgimg2987.jpg

img2986.jpg

Commentaire de la Feuille Jaune : La Municipalité devrait montrer l’exemple en évitant de se débarrasser de ses déchêts dans des lieux qui ne sont pas adaptés pour cela. Nous rappelons qu’une décheterie existe et qu’il serait souhaitable que nos élus responsables de l’entretien sur la Commune donnent des consignes aux employés municipaux pour qu’ils respectent l’environnement et les riverains de cette décharge sauvage.



LA FEUILLE JAUNE DECEMBRE 2009

LE MOT DU PRESIDENT

A l’approche des fêtes de fin d’année, voici notre dernière édition de la « Feuille Jaune » pour 2009. Un bilan des deux  premières années de mandat (2008-2009), de notre nouvelle municipalité, vous est présenté ci-dessous. Je retiendrai personnellement une chose, « les promesses de campagne de notre Maire, qui connaissait bien la situation financière de la commune, n’ont pas été à la hauteur des espérances qu’elle avait fait naître dans le cœur des livradaises et des livradais ».

Les inscriptions de nouveaux adhérents  nous confortent à continuer nos actions d’information auprès de toute la population livradaise. Je souhaite aussi profiter des quelques lignes qui me sont réservées pour remercier toutes les personnes qui nous font parvenir des articles. Malheureusement, faute de place, ils ne seront pas tous publiés dans ce numéro et j’en suis désolé.  Ils pourront être accessibles sur notre blog.

Au seuil des fêtes de Noël et de nouvel An, je vous souhaite ainsi qu’à vos familles de passer d’agréables festivités et une très bonne année 2010.

Lucien  Martinière.

 

Notre Maire et les conseillers municipaux de la majorité ont été élus, par 58,14% de la population livradaise, sur un projet simple : Assurer l’avenir de Sainte-Livrade et améliorer la vie quotidienne de chacun d’entre vous.

Les promesses électorales ont-elles été où

seront-elles tenues ?….

Rappel des promesses de campagne de Claire

Pasut.

Pour assurer l’avenir, il faut changer l’image de Ste-Livrade en rendant la ville plus belle, plus agréable, plus animée :

Faire des aménagements de voirie, d’espaces verts, d’aire de jeux pour les enfants.

Assurer l’entretien et la propreté.

Mettre en valeur nos atouts, Tour du Roy, accès au Lot, berges, ponton, voies ferrées, Esplanade Saint Martin, Places…….

Organiser l’animation de la ville autour de ce patrimoine.

Améliorer la vie quotidienne des livradais :

Renouveler les relations entre élus et les citoyens, faire des livradais les véritables acteurs de leur ville, être à leur écoute……..

Mettre en place des transports collectifs.

S’engager dans une opération d’amélioration de l’habitat, pour permettre aux habitants d’être subventionnés pour rénover leur logement.

Rompre l’isolement des personnes âgées,

Assurer l’accessibilité de tous les espaces publics.

Améliorer les services périscolaires et culturels.

Soutenir les associations.

Quelle est la situation en cette fin d’année

2009 ?…….

La Feuille jaune vous livre son analyse sur la situation préoccupante de notre commune et se pose la même question qu’une large majorité de livradaises et de livradais : nous sommes-nous laissés endormir par toutes les promesses de notre première magistrate ?…

Par exemple :

Les aménagements de voirie annoncés se sont cantonnés à l’avenue Gaston Carrere (non terminée à ce jour ?..) quant au réseau routier communal, il a bénéficié d’un rebouchage succinct de quelques trous. Pour le reste nous n’avons rien vu. ?…

img2366.jpg

Les changements annoncés, pour l’entretien et la propreté, ne sont pas encore très perceptibles (seul le centre ville fait l’objet de soins plus attentionnés). Des bornes de collecte des déchets ont vu le jour, initiative que nous  soutenons, mais celles-ci sont rapidement saturées et les sacs de déchets déposés à côté des bornes ne donnent pas une bonne image de notre ville.

prsentation1.jpg

La mise en valeur des atouts de la ville ne saute pas directement aux yeux. L’animation s’est limitée aux dimanches matin (d’été) et à quelques manifestations ponctuelles « sans grand écho médiatique ». Cela s’est soldé par une participation très moyenne de la population livradaise, des touristes et des communes avoisinantes, pour un coût que  notre municipalité persiste à ne pas dévoiler.

img1671.jpg

Les relations entre les élus et les citoyens ne se sont pas améliorées, notre Maire préférant l’affrontement que privilégier le dialogue et la convivialité. Les cas de personnes se plaignant de ne pas recevoir de réponse à leur courrier, même à des envois recommandés, sont de plus en plus fréquents, démontrant ainsi le peu d’intérêt porté à leur égard. Il est même arrivé, dernièrement, qu’une personne qui s’était présentée à la Mairie pour obtenir une réponse à une question posée, voit les forces de l’ordre intervenir pour qu’elle quitte l’édifice. D’autres personnes qui avaient rendez-vous avec notre première magistrate, à une date et une heure bien déterminées, n’ont tout simplement pas été reçues, par elle, car elle était partie en vacances ?… Si cela n’est pas un manque de considération des citoyens ?…Des rumeurs circulent que Claire Pasut aurait tendance à éviter les contacts avec les personnes qui n’auraient pas voté pour elle en 2008. Si cela se révèle exact, nous  sommes inquiets sur  sa façon de diriger la commune . Diviser la population pour mieux régner  n’est pas la solution !…

cpintolerance.jpg

On voit bien avec ces quelques exemples que faire des livradaises et des livradais les acteurs de la ville n’est pas pour demain et sans faire de jeu de mots ceci reste une «utopie » car pour cela il faudrait que le comportement de Claire Pasut, qui ne tolère pas la contradiction, change radicalement pour qu’un dialogue constructif s’engage entre elle et tous les habitants de Ste-Livrade. L’avenir nous montrera si son attitude  s’améliore ?……pour le bien de tous les citoyens de Ste-Livrade.

La mise en place de transports collectifs tout comme les annonces d’engagement de la municipalité pour subventionner la rénovation de l’habitat n’étaient que paroles en l’air car jusqu’à présent dans aucune des réunions du conseil municipal (des représentants de la Feuille Jaune assistant à toutes ces réunions) ces sujets n’ont été abordés.

Rompre l’isolement des personnes âgées, n’est pas une tâche facile et ne doit pas s’arrêter seulement à l’organisation de deux après-midi récréatifs dans l’année. Il doit se manifester au quotidien par des petites attentions particulières et des  rencontres plus fréquentes (même à domicile) pour faire oublier pendant quelques moments l’isolement de ces personnes âgées. Dire c’est bien, mais agir c’est mieux !..

L’accessibilité de tous les espaces publics. La bibliothèque n’est toujours pas accessible aux handicapés et aux personnes à mobilité réduite ?…..

img2913.jpg

Améliorer les services périscolaires et culturels : ces points particuliers feront l’objet d’un article plus complet dans notre prochaine édition.

Soutenir les associations : sujet très sensible car depuis le changement de majorité  certaines se trouvent en difficultés, n’ayant pas encore bénéficié totalement de leur subvention 2009. D’autres ont vu leur allocation supprimée ou largement amputée?.. Nous consacrerons un article plus conséquent sur notre blog.

 =-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

La « Feuille Jaune » est indignée par

l’immobilisme de nos élu(e)s.

Chemin de la Rose nous avons signalé, à plusieurs reprises, qu’il manquait une plaque sur un regard d’égout. Rien n’a été fait à ce jour !..c’est sans doute trop éloigné du centre ville?…

img2896.jpg

-=-=-=-=-

Chemin de Guillentou, les riverains se sont plaints,  plusieurs fois, auprès de la Mairie du bruit du ventilateur de la société Raynal et Roquelaure. La réponse qu’ils ont obtenue laisse à méditer : il faut attendre jusqu’au printemps pour voir. Pourquoi attendre le printemps ?…..nous en avons déjà parlé dans notre « Feuille Jaune » de septembre dernier et rien ne bouge !….

img2361.jpg

-=-=-=-=-

Rue Nationale!… le stationnement créé pour les convois de fonds devant le distributeur du Crédit Agricole est toujours encombré par des voitures. Il est donc pratiquement impossible pour les piétons de circuler sur le trottoir.

img29191.jpg

-=-=-=-=-

Secteur Moulin de Mazières et rue Pierre Loti !…

- Les riverains n’ont toujours pas obtenu de réponse de Madame le Maire concernant leur courrier du 9 octobre 2009 relatif aux problèmes de circulation dans la partie la plus étroite de la rue du Moulin de Mazières. Le Préfet, de son côté, s’est pourtant engagé par courrier du 16 octobre 2009 à un suivi attentif du dossier.

img2912.jpg 

img2908.jpg

- Le terrain appartenant à la commune et jouxtant la station d’épuration sur l’arrière n’a toujours pas été nettoyé et constitue toujours un refuge pour les renards (voir édition précédente)

- Le prolongement de la rue Pierre Loti qui débouche sur l’aviron n’a toujours pas récupéré son vrai nom, à savoir  »Rue du Moulin de Mazières » (décision municipale du 17 juin 1969).

img2910.jpg

-=-=-=-=-

La faute à pas de chance !. le 02 novembre 2009, une automobiliste qui circulait « rue Neuve » a roulé sur une plaque d’égout non fixée sur la chaussée. La plaque s’est encastrée sous la voiture, provoquant des dégâts importants. Il a fallu l’intervention d’ employés de la Mairie avec un cric pour dégager le véhicule. 

-=-=-=-=-

Faut-il qu’une catastrophe se produise pour agir ?… M. Roy, résidant dans le secteur du Chemin de la Rose, nous a signalé qu’il avait à plusieurs reprises attiré l’attention, de notre Maire et du Président du Conseil Général, sur le fossé qui jouxte sa propriété et celle de plusieurs riverains. Ce fossé et les dessous de pont ne sont pas entretenus régulièrement par les services compétents et il craint un risque d’inondation et d’effondrement. Ce dernier a également été reçu par Madame Pasut qui lui a promis  de faire le nécessaire. Ne voyant rien bouger, il envoie une lettre recommandée au Conseil Général, qui lui a répondu, pour renouveler ses craintes. Par contre notre Maire semble ignorer ce dossier et ne prend pas la peine d’agir. Le dialogue entre les riverains et la Mairie n’est pas possible. Que faut-il en penser ?….

img2899.jpg

img2904.jpg

img2906.jpg

img2907.jpg

La feuille jaune se demande si notre Maire n’est pas un gastéropode (escargot) car à chaque fois qu’elle se trouve confrontée à des problèmes, elle rentre dans sa coquille et attend que le temps passe…

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=- 

Résultat de la chambre régionale des comptes

d’Aquitaine après l’examen de la gestion

communale depuis 2003.

Le document fait apparaître une situation financière particulièrement dégradée de la collectivité !…….Notre première magistrate fait celle qui n’était pas au courant de cette situation. Nous lui rappelons qu’elle était membre de la commission des finances et, qu’à ce titre, si elle avait été présente aux réunions, elle aurait su. Si nous avions un message à faire passer à Claire Pasut il serait : fini de ressasser le passé il faut travailler pour l’avenir !…

Ce rapport peut être consulté, à la Mairie, par chaque tiers demandeur.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

L’opposition privée du droit d’expression.

En Janvier 2009, l’opposition (menée par Marthe Geoffroy) avait eu une petite place réservée pour s’exprimer librement sur le bulletin municipal. Ce n’est pas le cas pour celui qui doit paraître en janvier 2010. Notre Maire, Claire Pasut, se retranche derrière l’article L 2121-27-1 du code des collectivités territoriales et l’article 28 du règlement intérieur du conseil municipal – constitution des groupes – pour faire, grâce aux lourdeurs administratives, obstruction au droit d’expression de l’opposition.

droitexpressionopposition.jpg

La feuille jaune regrette vivement l’attitude de notre première magistrate et se demande si Sainte-Livrade ne devient pas, sous son égide, une monarchie dictatoriale ?…..

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Aire des gens du voyage.

Comme nous l’avions évoqué dans notre édition d’avril 2009, la municipalité s’apprête à acheter un terrain d’environ 2,4 hectares, pour un montant de 70.000,€ au lieu dit « Pauchou ». Pourquoi une superficie si grande alors que 3.000 M2 seraient suffisants ?… La Mairie a déjà un terrain non utilisé derrière la station d’épuration !.. Encore des dépenses importantes en vue !..

lieuditpauchou.jpg

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

L’école de musique.

Le 05 octobre dernier, Mme le Maire a fait placarder un avis à l’école de musique, cosigné par Mme Prades, où elle n’hésite pas à accuser la Direction de l’école de prendre les enfants en otage.

Ces propos démesurés sont-ils dignes du premier magistrat de notre ville ?…..

Il faut que notre Maire se prononce sur l’avenir, qu’elle a décidé, pour cette école !.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Après 30 années passées à la Mairie de

Sainte-Livrade, Christiane Rasera nous

quitte pour une affectation à Foulayronnes. 

                           img2894.jpg

Livradaise depuis plusieurs générations, Christiane Rasera est recrutée, par la   commune, en juillet 1979. Elle y   occupera successivement des emplois, au   service accueil, à la comptabilité, et   participera activement à   l’informatisation de la Mairie. En 1989,   elle participe à la création de l’amicale   du personnel communal et en est  Présidente de 1998 jusqu’à son départ en décembre 2009. D’examens professionnels en concours administratifs, elle gravit tous les échelons de la hiérarchie pour être nommée en 2002 directrice générale adjointe des services.

La Feuille Jaune espère que c’est un départ volontaire et non les pressions exercées sur le personnel, par notre Maire, qui ont motivé cette mutation. Nous lui souhaitons bonne chance dans ses nouvelles fonctions à Foulayronnes.

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

La Feuille Jaune a fait son enquête !..

Eh !..bien non…ce n’est pas le virus de la grippe H1 N1 qui est à l’origine des absences des employés de la Mairie, c’est…..!…….à vous de deviner ?…………

 =-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

-=-=-=-=-=-=-=-=-

-=-=-=-=-=-

-=-

voeuxnoletnouvelan20092010.jpg

Pour cela rien de plus simple !…..

 REJOIGNEZ NOUS OU FAITES UN DON

A L’ASSOCIATION LA FEUILLE JAUNE

NOM :…………………………………………

PRENOM…………………………………….

ADRESSE……………………………………

N° TEL : ………………………………………

- Je souhaite adhérer à l’association « La Feuille Jaune »

ci-joint un chèque de 10 € pour ma cotisation annuelle 2010,

au titre de membre de l’association.

-Je souhaite faire un don de : 

                                                                                     Signature :

Bulletin + chèque à retourner à l’adresse suivante :

Association « La feuille Jaune » Route d’hauterive.

47110 Sainte-Livrade sur Lot



C’EST POURTANT LA VERITE !……A SAINTE-LIVRADE SUR LOT TOUT EST POSSIBLE !..

Nous avons appris dernièrement que Monsieur ………………, habitant Sainte-Livrade, avait reçu une invitation pour se rendre, le 23 octobre 2009, à la signature de la convention cadre régionale d’accompagnement au projet de rénovation urbaine du CAFI. A cette manifestation doivent assister M. Alain ROUSSET, Président Régional d’Aquitaine et Député de la Gironde, Claire PASUT, Maire de Ste-Livrade sur Lot et Vice-présidente du Conseil Général et d’autres personnalités. Malheureusement, Monsieur …………… ne pourra être présent car il est décédé depuis 24 ans ?…..

Ci-dessous les preuves de son invitation :

invitation.jpg

 La feuille jaune s’interroge !……….

Nous pensons que c’est une faute de goût envers la famille de ce Monsieur et que la municipalité serait bien inspirée si elle présentait ses regrets, à sa famille, pour cet incident. Nous espérons vivement que cette erreur n’a pas été intentionnelle ?…. et qu’il serait temps de mettre à jour les fichiers municipaux. Ce n’est pas vous dévoiler un secret, mais les conseillers municipaux de l’opposition et le Président de la Feuille Jaune n’ont reçu aucune invitation !…..pour être bizarre………. c’est bizarre ?…….



LE SAVIEZ-VOUS, IL Y A 210 ANS CETTE ANNEE !!…….ALPHONSE LOUBAT ?..

Alphonse Loubat est né le 15 juin 1799 à Sainte-Livrade (Lot-et-Garonne) et il est l’inventeur français du rail en U utilisé par le tramway.

alphoneloubatphotos.jpg

Les rails sont de longues barres d’acier profilées, qui mises bout à bout servent à former une voie ferrée.

Le tramway (ou tram) est une forme de transport en commun urbain ou interurbain circulant sur des voies ferrées.

Adulte, Alphonse LOUBAT, part aux États Unis où il fait fortune en participant au développement de la vigne.

A New York il s’intéresse aux débuts du tramway hippomobile dont la première ligne entre en service en 1832. Rentré en France, il dépose en 1852 un brevet sur un rail en U permettant d’escamoter complètement le rail dans la chaussée. En 1853 il est autorisé à construire une première ligne d’essai de 2 km à Paris, sur le Cours de la Reine

Le tramway de l’époque est un véhicule roulant sur des rails mais tiré par des chevaux. Il emporte 48 voyageurs : 18 à l’intérieur, 24 sur l’impériale et 6 debout sur la plate-forme réservée aux fumeurs.  Devant le succès rencontré, une concession trentenaire est signée en 1854 pour la construction d’une ligne entre Vincennes et Pont de Sèvres en passant par la place de la Concorde.  Mais en 1855, le Baron Haussman, oblige les lignes gérant les omnibus parisiens ainsi que le nouveau tramway à se regrouper. Alphonse Loubat doit céder son entreprise; il reçoit en échange des actions de la nouvelle compagnie, la CGO (Compagnie générale des omnibus). 

Alphonse LOUBAT décède le 10 septembre 1866, à Ville-d’Avray, à l’âge de 67 ans. 



A VOS STYLOS !………

Le bureau de la rédaction de « La feuille jaune » attire votre attention au sujet des articles qui vont paraître dans le prochain numéro. Nous pensons que ceux-ci sont l’affaire de tous les adhérents afin que chacun d’entre nous participe à la parution de « La feuille jaune ». Le bureau demande à chacun d’entre vous de nous faire parvenir les suggestions, les articles qui concernent leur secteur et qui donnent à réflexion et qui vont dans l’intérêt de toutes les livradaises et les livradais.

                Veuillez nous faire parvenir votre courrier assez rapidement et avant le 1° décembre afin de pouvoir rédiger le prochain numéro qui doit être distribué avant la fin de l’année. Vous pouvez déposer ou envoyer votre courrier au siège social de l’Association ou le remettre à un des membres du bureau. Merci d’avance de votre participation.

                                                                                                                                             Amicalement.

                                                                                                                                              Le Président



1...45678

Association des Parents d'E... |
ÉCOLE CALANDRETA DE NARBONNE |
clshjasseron |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Site Officiel du Domaine RA...
| Les Amis des Sentiers
| AMICCA