Communiqué de M. Lucien Martinière après les résultats du scrutin du premier tour des élections

Communiqué de M. Lucien Martinière après les résultats du scrutin du premier tour des élections cantonales de mars 2011.

Je souhaite, avant tout, remercier chaleureusement les électrices et les électeurs qui m‘ont accordé leur confiance en votant pour moi et ce malgré une campagne électorale mouvementée. Chacune et chacun aura pu aisément constater l’acharnement « d’hostilité » sur ma candidature pour ces cantonales. Je condamne fermement les actes inqualifiables qui ont été commis, envers ma suppléante et moi-même, salissant ainsi notre honneur et notre dignité, nous en avons été blessés profondément.
Si c’est cela la « Démocratie à la livradaise » je me pose des questions ?….et je pense que beaucoup devraient en faire de même !….

J’en profite pour mettre les choses au point avec le journal sud-ouest qui semble mieux me connaître que moi-même en m’attribuant, par supputation et sous entendus, des intentions de consignes de vote,  sans m’en avoir préalablement informé.

Personnellement, je ne donne aucune « consigne particulière de vote » pour le second tour des
cantonales, aux personnes qui m’ont soutenu, je suis sûr qu’elles feront, en toute conscience, le bon choix.

Enfin, je continuerai, à ma façon, avec la « Feuille Jaune » à vous informer le plus objectivement possible sur ce qui se passe dans notre commune et à participer à ma manière à l’avenir de notre ville.

Merci à toutes celles et à tous ceux qui m’ont aidé et soutenu pendant cette campagne.

A bientôt.

Lucien Martinière.



 » L’UTOPIE S’INVITE DANS LA CAMPAGNE »

L’Utopie s’invite dans la campagne…

Le temps est venu de remettre les choses dans leur bon ordre.

En cette période d’élections,  beaucoup de candidats vont promettre la lune, d’autres vous parleront de leur bilan.

 A Sainte-Livrade, la mort souhaitée et orchestrée de l’association ART-CINE et de L’UTOPIE centre image et du cinéma L’UTOPIE qu’elle portait, est remplacé depuis le début de l’année  » par un clone  » porté sur les fonds baptismaux par les finances publiques, avantageusement distribuées pour justifier de cette nouvelle existence.

 En cette période électorale, ladernière étape de ce massacre associatif et culturel qui règne sur les berges du Lot – et peut être ailleurs dans le département – réside dans l’annonce de la création d’un bureau d’accueil de tournage à Sainte-Livrade.

Cette riche idée apparait dans l’étude réalisée par le Cabinet Emergences Sud en 2002, commandée par l’association ART-CINE, tout comme d’ailleurs la coordination des dispositifs
d’éducation à l’image pour l’ensemble du département (chose qui n’a pas pu être faite face au veto de la Ligue 47).
 

  C’est ainsi qu’en 2006, les premières concertations furent mises en place par l’équipe de Alain
Delprat. D’autres réunions suivirent et l’accord de plusieurs partenaires, dont la Région, fut obtenu rapidement. La dernière réunion eut lieu au mois d’avril 2009 où ces accords furent confirmés. Ne manquait que la décision du Département.

 Seule Claire Pasut, maire de Sainte-Livrade, adjointe à la culture de la Communauté de Communes et en charge de la culture au Conseil Général, laissait une chaise vide lors des réunions de concertation, auxquelles elle n’a jamais participé.

 En tant qu’élue triplement concernée, l’idée de création d’un bureau d’accueil de tournage ne l’intéressait-elle pas ?

 L’association de soutien à ART-CINE s’indigne de la mystification actuelle et de la récupération du projet de L’UTOPIE par Madame Pasut qui se sert de L’UTOPIE pour faire sa campagne, en s’octroyant sa création grâce à une photo et une formule évasive et fallacieuse publiées dans sa profession de foi : ce doit être cela, son « choix de l’action ». L’objet si envié etconvoité est aujourd’hui présenté comme une création de Madame.

  La création d’un « clone », copie quasi conforme à l’original minutieusement démantelé ne fera pas oublier
les valeurs portées par ART-CNE, ni disparaître l’action engagée au service de la population pendant plus de 20 ans.
 

  Depuis le début de l’année 2011, et au fil des semaines, la récupération de L’UTOPIE et l’usurpation des différents secteurs du centre image, s’effectuent sans aucune vergogne, à grand renfort d’argent public et de communication. 

  Pour ceux qui ne sont pas indifférents à l’expression d’une vraie démocratie, les élections cantonales sont l’occasion de rappeler que la politique doit être au service du public et non l’inverse.

  Le siège de conseiller général du canton de Sainte-Livrade mérite mieux que d’être utilisé par quelqu’un qui s’assoie sur la démocratie locale et sur le respect des forces vives et associatives du canton.

 L’association de soutien à ART-CINE.




RÉACTION DE L’OPPOSITION MUNICIPALE DE STE-LIVRADE A L’ARTICLE DE PRESSE PARU DANS LE JOURNAL SUD-OUEST LE 18-02-2011.

En réaction à l’article paru sur le journal sud-ouest le 18/02/2011 ayant pour titre : « l’opposition absente du conseil municipal », les membres de l’opposition municipale de Ste Livrade voudraient y apporter quelques précisions.

La question est de connaître la pertinence de la présence de membres de l’opposition à chaque conseil municipal. Pourquoi ? Est-ce que cela fera évoluer le débat politique ? Est-ce que la démocratie sera respectée ? En fait, pour Mme Pasut, Maire de Ste Livrade,  cela ne change rien ! Quand un élu de l’opposition désire donner son opinion sur tel ou tel sujet de l’ordre du jour, et encore plus si le sujet est particulièrement sensible, il est arrêté par Mme PASUT en personne et menacé de plainte en diffamation ou que son intervention n’a d’autres intérêts que de la pure polémique. C’est une riposte courante sans autres explications, quand on n’est pas de son avis. Dans cet exercice, elle est souvent soutenue par  les trois ou quatre adjoints les plus influents qui, avec une attitude condescente, ne vous écoutent même pas ou répondent rarement clairement à vos questions.

Ces agissements ne se sont jamais passés lors des mandatures précédentes.

 Mme Pasut, par sa méthode, bafoue régulièrement les règles élémentaires de démocratie.

Nous, membres de l’opposition ne désirons plus à chaque conseil municipal nous retrouver devant un peloton d’exécution prêt à agir lors de chaque prise de paroles. Nous ne concevons pas la politique locale de cette manière et nous pensons que Ste Livrade a besoin d’autres choses pour redresser une situation qui n’est pas aussi rose que Mme Pasut aime tant à communiquer.

Devant ces faits antidémocratiques  les livradais comprendront aisément que les membres de l’opposition ne soient pas particulièrement motivés pour conquérir des moulins à vent ou pour porter la soupe à la souveraine.

l’opposition municipale de Sainte Livrade



La santé de nos concitoyens et l’environnement gravement mis en danger lors des travaux de démolition «place bois».

La santé de nos concitoyens et l’environnement gravement  mis en danger lors des travaux  de démolition «place bois».

bild1190.jpgp1060787.jpg

 

La démolition des bâtiments anciens pour l’agrandissement de la «place bois » a commencé lundi matin.        

 

L’un d’entre eux a servi de dépôt de produits chimiques pour l’agriculture.

  

 Peu avant midi la pelle mécanique  de l’entreprise chargée des travaux à percé un bidon de  Kerathane Rhodia  et éventré des boites de Hexablanc concentré dont le contenu s’est répandu sur le sol.

p1060780.jpgp1060790.jpg

p1060777.jpgp1060779.jpg

Le Khératane est un produit dangereux interdit depuis 1994,  il était utilisé pour le traitement fongicide des arbres.

 L’Héxablanc est dangereux pour la santé et l’environnement comme le montre les logos sur la fiche internationale de sécurité chimique du produit (voir ci-dessous).

                           toxi11.gif                       toxi41.gif

    Sa combustion peut dégager du phosgène, gaz mortel, qui fut employé lors des combats de la première guerre mondiale.

Après cet accident de nombreuses questions se posent.

Pourquoi cet ancien dépôt, qui pouvait contenir des produits dangereux, n’a pas été visité par les services techniques avant de faire intervenir l’entreprise ?

   

Pourquoi devant cette pollution n’a-t-on pas fait intervenir la cellule spécialisée des pompiers et qu’il ait fallu attendre le début de l’après midi pour que les services municipaux se déplacent ?

Où était madame le Maire ?

Que vont devenir les gravas pollués ?

On aurait préféré qu’elle s’occupe moins de sa communication et de son élection et un peu plus de la santé de nos concitoyens et de leur environnement.



« la feuille jaune » n° 8

1.jpg2.jpg4.jpg3.jpg5.jpg6.jpg



photos concernant articles sur la feuille jaune n° 8

nature.jpg

photo du merdassou  

 (voir article « opération nettoyons la nature » sur la feuille jaune n° 8)           

 phototer.jpg

photo terrain communal et terrain privé

(voir article ‘la municipalité n’a-t-elle pas honte » sur la feuille jaune n°8)



CINEMA UTOPIE AUDIENCE APPEL

CINEMA UTOPIE

l‘audience d’appel du    

LUNDI 31 JANVIER 2011 à 14 heures    

EST REPORTE A UNE DATE ULTERIEURE



ASSEMBLE GENERALE LE L’ASSOCIATION « FEUILLE JAUNE » du 15 JANVIER 2011

dscf0304.jpg

Assemblée Générale de l’association « la feuille jaune » du 15 janvier 2011 

Les membres de l’association « la feuille jaune » étaient convoqués en assemblée générale pour l’approbation de l’exercice 2010.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes, la municipalité, bien qu’invité (madame le Maire personnellement) n’était ni présente, ni représentée. Nous n’avons pas été surpris de leur absence.

L’assemblée générale a été ouverte à 14h 45.

Dans un premier temps le président a sollicité Mme MONBOUCHET pour être présidente de séance et appliquer l’ordre du jour.

Suite au rapport moral et bilan financier le vote pour chacun a eu lieu : ils ont été approuvés à l’unanimité, ensuite l’on a procédé à l’élection du tiers sortant à savoir Mr CANTIN ET Mr MARTINIERE, ils ont été reconduits dans leur fonction à l’unanimité.

Avant d’exposer les objectifs 2011, le président a fait un rappel des différents points qui ont paru sur « la feuille jaune » édité pendant l’année 2010 :

-          L’avenue Gaston Carrère

-          L’entretien des chaussées

-          Les travaux des écoles

-          Les gens du voyage

-          Le cinéma

-          Le stationnement anarchique

-          L’assainissement

-          Le CAFI

-          Les risques d’inondation chemin de la rose toujours non réglés

-          Côté santé : les permanences des médecins et pharmaciens

-          Le manque de démocratie dans ce conseil municipal

-          Les problèmes existants du chemin du Guillentou (bruits et assainissement)

-          Le rappel des promesses électorales faites par Madame Pasut

-          Et bien d’autres points dont il faudra reparler.

Objectifs 2011 

-          Parution de notre petit journal comme l’année précédente

-          Maintien de l’assemblée générale en début d’année

-          Proposition de renouveler une soirée pour se retrouver ensemble

-          Nous comptons sur vous pour nous faire parvenir des articles

-          Montant de l’adhésion pour 2011 reste inchangé

Le président a remercié, au nom du bureau, toutes les personnes qui ont élaboré tout au long de l’année « la feuille jaune » et qui ont activement participé à sa distribution.

Il a remercié également toutes les personnes qui soutiennent l’association par leurs dons.

Le président a clôturé la séance en remerciant toutes les personnes de leur participation à l’assemblée générale et les a conviés à la dégustation de la galette offerte par notre association

Bonne et heureuse année 2011 de la part de l’association 

Prochain bulletin début février 2011. 



UTOPIE parole donnée à des membres du conseil d’administration association ART-CINE

                                  UTOPIE 

LA PAROLE EST DONNEE A DES MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’ASSOCIATION ART-CINE 

  

 +=+=+=+=+=+= 

  

VOUS NE POURREZ PLUS DIRE QUE VOUS NE SAVIEZ PAS !   

des Membres du Conseil d’Administration de l’Association ART-CINE 

16, rue Nationale 47110 SAINTE LIVRADE SUR LOT 

  Au mois de mars 2010, nous vous avions fait parvenir une lettre qui dénonçait la façon dont le projet de L’UTOPIE – cinéma et centre image – avait été mis à mal par des élus locaux aidés en cela par 6 membres du Conseil d’Administration de l’association ART-CINE. 

 De nombreux témoignages sont parvenus à l’association de Soutien – usagers, partenaires, prestataires, élus politiques de tous bords, techniciens territoriaux, techniciens et créateurs du monde du Cinéma, professionnels de l’exploitation et de la diffusion cinématographique – du Livradais, du département, de la région, de la France entière et même de l’étranger. Cela tend à prouver la qualité et la pertinence de ce projet unique en parfaite cohérence avec les valeurs défendues par l’association depuis 20 ans.   Suite donc à la liquidation judiciaire, un appel a été déposé par le président de l’association ART-CINE auprès de la Cour d’Appel d’Agen. Quelles chances de réussite ? 

 Des erreurs apparaissent dans le jugement de liquidation et en premier lieu l’absence de prise en compte du plan de redressement proposé par l’association ART-CINE.   Ensuite viennent des éléments qui vont dans le sens de la liquidation : 

  désaccord au sein du CA de l’association, lettres de la Maire de Sainte Livrade sur Lot et du Président de la Communauté de Communes du Grand Villeneuvois qui ne souhaitent pas soutenir l’association (*), l’audit financier commandé par la Maire où de nombreuses erreurs et confusions apparaissent sans que les responsables de l’association aient pu apporter les corrections et un avis. Cependant, nombre de ces éléments n’ont pas été vérifiés et sont entachés d’erreurs. L’association n’avait pas alors pu se payer les services d’un avocat. Cela a aidé à porter le coup fatal. 

D’autre part, trois mois de redressement, c’est peu étant donné qu’il n’y avait pas de nouvelles dettes créées. Et puis, c’est bien connu, qui veut tuer son chien… certains ne s’en privent pas ! 

  Par contre, certaines personnes se sont montrées incrédules face à nos propos qui semblaient pour elles relever plutôt du fantasme que de la réalité.   Six mois après la fermeture du cinéma et du centre image, qu’en est-il ? 

Cette période permet de confirmer nos dires. Sujet de satisfaction ? Non, car les Livradais ont été privés de cinéma pendant ces longs mois, les établissements scolaires n’ont pas pu mener à bien leurs projets pourtant financés (options cinéma-audiovisuel des lycées de Sainte Livrade sur Lot et Aiguillon, dispositifs d’éducation à l’image de l’Education Nationale, atelier de l’école André-Boudard de Sainte livrade sur Lot,…), sans parler des autres prestations fournies par cet équipement sur le Livradais et le Département.    Comment se fait-il que la Communauté de Communes du Grand Villeneuvois décide de contacter un nouveau prestataire pour son opération estivale Cinéma au clair de lune, dès le mois de février, alors qu’une convention de partenariat lie la collectivité avec l’association, d’ailleurs à l’origine du projet ? La prestation faite par Ciné-Passion Périgord a coûté 50% plus cher (séance du Conseil Communautaire).    Il n’est pas ordinaire de voir deux partenaires financiers (partenariats conventionnés) annoncer leur retrait, la veille de la séance au tribunal (*). En effet, la Maire de Sainte Livrade sur Lot et le Président ont envoyé un fax, au même moment, à la mandataire afin que ces courriers soient portés à la connaissance du Tribunal. Par contre, le Président de l’association ART-CINE n’a jamais reçu de réponse à sa demande de subvention déposée en janvier 2010. Pourquoi, si ce n’est pour faire capoter le projet de ART-CINE ? 

 Il n’est pas ordinaire non plus de voir au Tribunal un membre du Conseil d’Administration et une employée de l’association plaider haut et fort la liquidation de leur « entreprise ». Ce membre du CA n’était plus adhérent depuis 6 mois et l’employée présente ne pouvait pas être la représentante du personnel puisque les autres salariés n’avaient pas été consultés (*). Vous avez dit bizarre ?   Lors de sa séance du 9 novembre 2010, le conseil municipal de Sainte Livrade sur Lot a voté une subvention de 32 000 euros pour une année de fonctionnement, à l’association Ecran livradais pour la reprise de la diffusion cinématographique. 

De son côté, la Communauté de Communes du Grand Villeneuvois s’engage à verser une subvention de 16 500 euros sur 3 ans et à prendre en charge le loyer de l’immeuble, 500 euros par mois, auprès de la mandataire (séance du conseil communautaire en date du 7 octobre 2010). Un montant de loyer dérisoire pour de tels locaux commerciaux. Il suffisait à l’association ART-CINE un soutien financier de 25 000 euros, à partager entre ces deux collectivités, pour continuer son activité dans et valider son plan de redressement. 

Combien cela coûte aujourd’hui ? Un conseiller d’opposition souhaitant avoir quelques informations sur ce point à l’ordre du jour s’est vu purement et simplement mis au silence. Il n’a pas pu avoir les explications qui lui auraient permis de se faire une opinion (C’est la deuxième fois que cela lui arrive à 

propos du cinéma !). Le sujet est-il aussi épineux que cela ou y-a-t-il des choses à cacher ?    Le passif de l’association ART-CINE ? Comme nous l’avons toujours annoncé, est constitué de 322 877 euros d’emprunts à long terme, 70 132 euros à court terme et de 52 000 euros de dettes de trésorerie constituées essentiellement de cotisation sociales impayées (état  produit par la SCP Odile Stutz mandataire). La reprise du paiement des échéances d’emprunt ne posait pas de problème dans le plan de redressement. De plus au 12 mars la dette n’avait pas augmenté malgré l’absence de subvention de fonctionnement en ce début d’année et les comptes bancaires étaient excédentaires. 

Alors pourquoi annoncer à qui veut l’entendre que le trou de l’association ARTCINE est de 500 000 euros et que les collectivités ne peuvent pas se permettre d’éponger une telle dette (voir les articles de presse de mars 2010) ?    Une nouvelle association pour la reprise de la diffusion cinématographique a vu le jour à Sainte Livrade sur Lot, le 21 juin 2010, avec des buts identiques à ceux de l’association ART-CINE. Quels en sont les membres fondateurs ? Les dissidents du Conseil d’Administration d’ART-CINE (Mesdames Denise Henry, Michèle Barreaud, Marie-France Masse, Claudine Deleau, et Messieurs Georges Laborde, Bernard Vialatte), des anciens salariés (Mesdames Françoise Halgan, Marie-Jeanne Glayzon et Alexandre Anton, Gérard Cohen) et un nouveau (Monsieur Nicolas Glayzon époux de Marie- Jeanne). Le siège de l’association ainsi créée L’Ecran livradais est à la Mairie de Sainte Livrade sur lot. Ces informations sont disponibles à la sous-préfecture de Villeneuve sur Lot. N’est-ce pas curieux que des personnes plaidant la liquidation refassent surface trois mois après et reprennent à leur compte le fonctionnement ?  Comment peut-on appeler cette façon d’agir ? 

La Ligue 47 (Fédération des Œuvres Laïques) apporte son soutien logistique et technique. L’UTOPIE cinéma était le seul cinéma lot et garonnais associatif ne percevant pas de subvention de fonctionnement. Le REX de Tonneins est aidé par la ville à hauteur de 120 000 euros, le PLAZA de Marmande 80 000 euros, Le Liberty de Monsempron Libos 17 000 euros, Les Montreurs d’Images à Agen 30 000 euros,… A noter que toutes ces salles sont propriété des collectivités (le Plaza est devenu propriété de La Ligue 47 pour « l’euro symbolique » à charge pour elle de faire les travaux de modernisation). Depuis sa création en 1991 l’association n’a pas perçu de subvention de fonctionnement pour l’exploitation cinématographique. Seule une subvention pour le Festival du Film a pu être obtenue (5 000 euros en 2009). 

   (*) Pièce justificative pouvant être consultée sur le site : www.lutopie.biz    Pourquoi le Département a-t-il repris à son compte la création d’un Bureau d’Accueil des Tournages en Lot et Garonne ? Ce projet initié par l’association ART-CINE il y a trois ans n’avait jamais pu aboutir et Madame la Maire de Sainte Livrade sur Lot par ailleurs Présidente de la commission Culture au Département n’a jamais suivi les réunions de concertation avec les différents partenaires. Elle a par contre rencontré le bureau de Dordogne pour connaître le fonctionnement d’un tel service, en juin 2009. Aujourd’hui, ce bureau est inscrit dans le schéma culturel départemental et devrait être hébergé au centre image à Sainte Livrade sur Lot dont la gestion serait donnée à la Ligue 47 et à ECRANS47. Les subventions départementales suivent, bien évidemment. L’accord de la Région avait déjà été obtenu par l’association ART-CINE. 

Combien la commune de Sainte Livrade sur Lot et la CCGV ont-elles déboursé depuis le mois de mars 2010 pour assouvir ce désir de destruction ? Ne parlons pas du Conseil Général qui a eu et aura à payer des déplacements d’élèves pour les dispositifs d’éducation à l’image. N’est-ce pas l’argent du contribuable ? 

Ne reprochait-on pas au Président d’ART-CINE de n’avoir aucun respect pour l’argent public ?    Le Président de l’association ART-CINE a été contraint de payer une caution réactivée par la  Société Générale lors d’un découvert en 2006 et placée sur un des prêt. Ainsi il s’est vu condamner à payer 52 000 euros de caution auxquels s’ajoutent 11 000 euros de frais. Et si on ajoute les intérêts de l’emprunt qu’il a dû contracter, cela fait la bagatelle de 90 000 euros qu’il sortira de sa poche. Si l’activité de l’association avait perduré, il n’aurait pas été ainsi pénalisé. Est-ce comme cela que l’on remercie les acteurs locaux pour leur action ? 

Pourquoi la subvention 2009 du Département n’est-elle arrivée qu’au mois de décembre ? 

Pourquoi la subvention de la Commune de Sainte Livrade sur Lot pour l’édition 2009 du Festival du Film cinéma d’ici et d’ailleurs n’a-t-elle été virée qu’en octobre 2009 alors que le festival était en préparation depuis le mois de janvier.    Que se passera-t-il si l’association ART-CINE gagne en appel ?    Que reproche-t-on en définitive à l’association ART-CINE ? 

  Son indépendance.    Quel que soient leurs interlocuteurs, les responsables-fondateurs de l’association ART-CINE ont toujours tenu la même ligne de conduite. Quand les majorités départementale et communale ont changé le discours aurait-il dû également changer ? 

  La défense des valeurs humanistes prônées par l’Education Populaire.    Cela a été l’axe majeur du Festival du Film cinéma d’ici et d’ailleurs, tant dans sa conception, sa programmation que dans son fonctionnement. On retrouve aussi ces valeurs lors de séances particulières s’appuyant sur des faits de société et accompagnées d’intervenants. Aujourd’hui serait-il ringard de défendre ce que le Conseil National de la Résistance, Mai 68 et les mouvements d’Education Populaire ont voulu mettre en lumière ? Devrions-nous laisser avancer le rouleau compresseur sans que les consciences s’animent ? 

  Son projet alternatif.   L’UTOPIE cinéma était la seule exploitation vraiment indépendante du département. Pas d’entente de programmation, contact direct avec les distributeurs. 

Son programme n’était dicté que par la qualité cinématographique des films retenus, leur originalité, leur valeur culturelle. Ce cinéma s’inscrivait parfaitement dans le territoire avec la « complémentarité » du Cyrano de Ville- neuve sur Lot.  Pourtant, il n’y a pas si longtemps, les élus, aujourd’hui en place, ne manquaient pas de reprocher à leurs prédécesseurs leur manque de soutien à cette structure exemplaire, la qualité culturelle des actions, la ténacité et le courage de ses dirigeants (Allocutions lors de la soirée inaugurale de la structure, en septembre 2004. Voir la presse locale du moment). 

On ne parlera pas des récentes attaques en règle envers le Président d’ART-CINE après toutes les louanges qu’il a pu recevoir en 38 ans de carrière à Sainte-Livrade sur Lot… (Voir presse locale du mois de mars 2010).    Qui est gagnant dans cette affaire ?   La Ville de Sainte Livrade sur Lot et la Communauté de Communes du Grand Villeneuvois qui récupèrent des locaux neufs parfaitement adaptés, ainsi qu’un projet ayant fait ses preuves, pour un coût qui défiera toute concurrence, vu le loyer payé par la CCGV. Le budget de la restructuration des immeubles par l’association ART-CINE était de 1 000 000 d’euros. 

  Et le Département ?    La mandataire qui n’a pas caché au tribunal sa volonté de faire des deux dossiers de liquidation de la Maison des Jeunes et de la Culture et de ART-CINE, un seul et même dossier afin de faciliter la vente des biens immobiliers. 

  La Ligue 47 qui estime qu’un tel équipement et un tel projet lui reviennent de droit (Sud-Ouest du 12 novembre 2010).  Il est vrai que l’association Art-Ciné n’était pas adhérente de cette fédération. Un cadeau inespéré ! 

 Pour tous ceux qui souhaitent apporter leur soutien :   Réagir auprès les collectivités qui n’ont pas apporté leur soutien pour tirer les bénéfices d’une liquidation, par courrier ou par mail. Laisser un double de votre contribution sur l’adresse de l’utopie : soutienmjc@gmail.com 

  L’action en appel à un coût. L’association de Soutien organisera prochainement une soirée afin de récolter quelques fonds qui serviront à payer l’avocat de l’association ART-CINE.   

Signé, les administrateurs : 

 Alain DELPRAT, Président (fondateur de l’association ART-CINE et du Festival du Film cinéma d’ici et d’ailleurs, membre élu au CA du Syndicat de l’Exploitation Cinématographique du Sud Ouest, représentant de la petite exploitation à la FNCF, membre de l’Académie des César, de Ecrans 47, de ECLA Aquitaine, du jury BPJEPS TIC d’Aquitaine) 

Matthieu SAMEL, Trésorier 

Sylvie GANIERE, Secrétaire 

Pierrette HIAS, Membre 

Christophe SAMEL, Membre 

Jean-Manuel TORRES, Membre 

Geneviève VICTOR-PUJEBET,Membre.   

7 personnes régulièrement élues sur les 13 qui composent le Conseil d’Administration de l’association ART-CINE.  

    ASSOCIATION DE SOUTIEN A ART-CINE 

42, rue Saint Etienne – 47300 Villeneuve sur Lot 

Tél. 06 75 97 28 60 ou 06 03 47 61 62 

Courriel : soutienmjc@gmail.com Internet : www.lutopie.biz 



Appel de l’association de soutien à l’UTOPIE

Appel de l’association de soutien à l’UTOPIE

(version originale) . 

 La feuille jaune solidaire de l’injustice qui touche les anciens responsables de l’association vous appelle à venir très nombreux pour les soutenir.   

 «  Mesdames, Messieurs,   

 A l’occasion du lancement de la pétition qui a fait suite à la fermeture intempestive du cinéma « L’Utopie » (version originale) créée par l’association Art-Ciné, vous avez été plus de 310 personnes à bien vouloir apporter votre soutien à ce cinéma ainsi qu’à ceux qui l’ont porté depuis plus de 20 ans.

  Parce que ces derniers sont persuadés que la liquidation de l’association historique Art-Ciné décidée par le Tribunal ne l’a pas été conformément aux règles de l’art (du droit ?), ils ont décidé d’interjeter appel de cette décision qui n’a pas manqué de causer nombre de dégâts « collatéraux », en vue de mettre en évidence les points qui achoppent dans la procédure. 

Pour ces raisons, l’association de soutien à L’Utopie vous demande de vous rendre en nombre à l’audience d’appel du  

 LUNDI 31 JANVIER 2011 à 14 heures    

Votre présence est importante et permettra une médiatisation plus efficace.    

 Nous vous remercions d’avance pour votre soutien et en espérant vous retrouver à la Cour d’Appel d’Agen (Palais de justice, rue du Mal de Lattre de Tassigny, près de la Préfecture)    

L’association de soutien à l’Utopie. 



123456...8

Association des Parents d'E... |
ÉCOLE CALANDRETA DE NARBONNE |
clshjasseron |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Site Officiel du Domaine RA...
| Les Amis des Sentiers
| AMICCA