A tous nos lecteurs

Suite aux élections municipales du 23 mars dernier, moi-même Lucien MARTINIERE, président, et Madame Brigitte MONBOUCHET, vice-présidente, de l’association « la feuille jaune » avons démissionné de nos postes respectifs comme convenu.

En conséquence, un nouveau bureau a été élu et se compose comme suit :

  • Présidente :               Madame Nadine DELPUCH
  • Vice Président :         Monsieur Pierre MONBOUCHET
  • Trésorière :                Madame Eliette MARTINIERE
  • Trésorier adjoint :     Monsieur Jean Claude CANTIN
  • Secrétaire:                 Madame Anne-Marie LAMBOTTE

Le Conseil d’Administration élargi a décidé de continuer l’activité de l’association comme auparavant.

Habituellement, fin juin, l’association organisait une « auberge espagnole ». Faute de salle disponible à cette date-là, le bureau a décidé de la reporter au mois de septembre.

Les membres du bureau demandent à toutes les personnes ayant des suggestions, projets d’articles ou autres, de les faire parvenir, soit par le biais du blog de l’association, soit à la présidente Madame Nadine DELPUCH « Le Fenouil » 47110 STE LIVRADE SUR LOT.

Merci à vous de nous avoir soutenus et aidés pendant près de quinze ans, d’abord sous le nom de « les échos du conseil municipal » puis de l’association « la feuille jaune » ; et nous espérons que cela perdurera avec les nouveaux responsables.

 

                              Lucien MARTINIERE                                     Brigitte MONBOUCHET



Communiqué d’Alain DELPRAT, ancien directeur de la Maison de Jeunes et de la Culture

Alain DELPRAT, ancien directeur de la Maison de Jeunes et de la Culture

et Président fondateur de l’association ART-CINE

 

 

Les périodes pré-électorales sont propices aux évaluations d’un précédent mandat pour les élus-candidats. Certains n’hésitent pas à s’arroger les actions de concitoyens ou des associations locales pour grossir leur bilan.

C’est le cas le Madame la Maire de Sainte Livrade sur Lot.

En tant qu’acteur de la vie associative livradaise durant prés de 40 ans, je me vois obligé de remettre les choses à leur juste place.

Le 1er février 1971, j’ai pris mes fonctions de directeur de la Maison des Jeunes et de la Culture qui, à l’époque se trouvait à la Cité d’Accueil des Français d’Indochine. Mon action fut d’ouvrir cette association à un maximum de Livradais afin que ce quartier de la ville ne soit plus un lieu « réservé ». Des animations concernant l’ensemble de la population furent programmées. Les sorties et les séjours à la neige furent un déclencheur indéniable. Des spectacles culturels virent le jour sous la halle, à la salle des Variétés, dans les établissements scolaires,… Le Carnaval est aussi une organisation de la MJC née en 1982. Et la relance du centre aéré de Jean-Gay en 1984 qui permet qu’aujourd’hui la commune soit dotée d’un équipement bénéfique à tous, c’est aussi l’oeuvre de la MJC.

En 1978, la MJC, compte tenu de son environnement immédiat, met l’accent sur la culture vietnamienne. Une façon de reconnaître enfin les origines d’un nombre important de Livradais et de leur influence sur la vie de la commune. Le droit à la différence, nié jusque là, pouvait enfin s’exprimer. Autour de la Fête du Têt, de nombreuses animations sont mises en place : expositions, spectacles, découverte de la cuisine vietnamienne,… Puis sous l’impulsion de la MJC, l’Association pour les Arts et les Cultures d’Indochine voit le jour. Elle aura pour mission essentielle la promotion à long terme de cette action culturelle spécifique. Cette action de base permet d’envisager la mise en place d’un espace culturel original et lieu de mémoire dans le cadre de la réhabilitation actuelle du CAFI.

En 1986, l’incendie des locaux d’animation, oblige l’association à se déplacer au centre ville. La commune percevra quelques 100 000 euros qui ne seront jamais réinvestis pour reloger la MJC. L’association continuera malgré tout à développer des actions éducatives, culturelles et sociales pour toute la population.

En juillet 2009, face au refus d’un REEL financement par la Commune, le Conseil d’Administration de l’association demande la liquidation judiciaire.

En 42 ans d’existence, la Maison des Jeunes et de la Culture n’a pas particulièrement coûté à la commune de Sainte Livrade sur Lot. Mais elle aura apporté à la ville une note positive qui n’est pas démentie aujourd’hui.

Le cinéma a toujours été une activité de la MJC. Le déménagement au centre ville donne d’autres perspectives. Ainsi grâce au seul effort financier de l‘association et aux bras de nombreux bénévoles, la salle de cinéma L’UTOPIE ouvre en février 1991. Personne ne croyait au succès de l’expérience et pourtant l’originalité du projet permet que soit créée l’association ART-CINE que j’ai constamment présidée. Malgré l’absence de soutien financier de la Commune, l’exploitation cinématographique se porte bien et des premiers travaux d’amélioration des conditions de projection sont réalisés en 1996. Les actions culturelles autour du cinéma font de Sainte Livrade sur Lot un lieu remarqué par le milieu professionnel. L’idée d’une nouvelle salle pouvant répondre à l’augmentation de la fréquentation couplée à un Centre Image voit le jour en 2003. Le sérieux du projet et de l’action culturelle menée par ART-CINE permet l’obtention de subventions de l’Europe, de l’Etat, de la Région et du Département. La Commune et la Communauté de Communes du Villeneuvois se font tirer l’oreille avant de s’engager sur une aide de 150 000 euros (répartis sur 10 ans).

L’Utopie cinéma peut enfin proposer une programmation conséquente avec ses deux salles. L’Utopie centre image à vocation départementale développe les actions d’éducation à l’image pour tous : centre de ressources, ateliers multimédia, ateliers de réalisation, photographie, expositions,… Projets de télévision locale et de Bureau de Tournages, bien avancés.

Le Festival du Film de Saine Livrade cinéma d’ici et d’ailleurs, né en 1986, est à son apogée, avec un programme original et digne d’une manifestation régionale.

Malgré ces actions originales, les subventions de fonctionnement sont rares. L’exploitation cinématographique ne bénéficie d’aucune aide financière locale. L’éducation à l’image n’intéressera le Département qu’à hauteur de 30000 euros.

En 2009, la « chute » de la MJC porte un mauvais coup à l’association ART-CINE. Cependant, seulement 25000 euros par an seraient nécessaires au maintien de l’activité cinématographique. La Commune et la Communauté de Communes refusent toute aide. S’ensuit alors une mise en redressement judiciaire et la liquidation orchestrées par les élus locaux qui profiteront d’un équipement neuf et performant pour l’euro symbolique. Ils s’accapareront aussi de tous les projets en cours… sans citer les initiateurs.

Comme pour la MJC, la Commune n’a jamais souhaité vraiment soutenir financièrement l’association ART-CINE. Pourtant, là aussi, Sainte Livrade sur Lot à bénéficié d’importantes répercussions positives.

De ces nombreuses années passées à Sainte Livrade sur Lot au service de l’ensemble de la population, je ne regrette rien, même si je suis devenu, bien malgré moi, le seul mécène qu’ait connu l’action culturelle livradaise avec près de 140 000 euros de « dons » (je tiens à disposition les jugements m’ayant imposé cette situation).

 

Alain DELPRAT

ancien directeur de la Maison de Jeunes et de la Culture

et Président fondateur de l’association ART-CINE



La véritable histoire de l’école de musique De Ste Livrade sur Lot


Avertissement : Le récit qui va suivre est une suite de faits réels recueillis auprès des témoins et des acteurs de cette histoire sans aucune fioritures ni arrangements !

                                   

  La prise d’otage.

                     C’est sous la mandature du précédent Maire de 2001 à 2008 que l’école municipale de musique est devenue une association pour être en conformité avec la future  loi. C’est le patron du dancing rétro, ami du maire, qui a été nommé Président alors qu’il aurait du être élu ! Lors du renouvellement du bureau, une femme s’est présentée pour briguer la Présidence et a été élue avec une large majorité. Aussitôt, l’ancien président est allé se plaindre auprès du maire qu’il avait été victime d’une machination pour l’évincer. Ce dernier s’est avoué impuissant, la nouvelle Présidente ayant été élue démocratiquement ! Tout se passait bien jusqu’au jour où la  Conseillère Générale a été élue maire de la ville en mars 2008.

Son but était de s’accaparer l’école de musique et elle n’a eu de cesse que lorsqu’elle y est parvenue. Elle organisait de nombreuses réunions ou était conviée la Présidente parfois accompagnée de sa secrétaire et aux quelles assistait son triumvirat composé de son adjointe à la culture  son adjointe à la vie scolaire et son adjointe aux finances. Elles mettaient la présidente sur le gril, lui faisait des reproches de toutes sorte, la poussait à la démission et la traitait dans des termes qui dépassaient la limite de la correction.

Voici un extrait de la lettre de démission de sa secrétaire en date du 6 mars 2010 : «  Les dernières réunions avec les représentants de la mairie  ont davantage ressemblé à un tribunal qu’à un débat sur le devenir incertain de l’école de musique. »  Elles voulaient que le dossier complet de l’école leur soit remis ainsi que la liste des élèves et leur adresse, alors qu’elles n’avaient qu’un droit de regard sur la façon dont les fonds publics de la subvention étaient utilisés. Cette subvention annuelle destinée à payer les salaires des professeurs était étalée tout au long de l’année et revue chaque fois à la baisse pour mettre l’école en difficulté financière, ce qui à terme a entrainé la fermeture d’une classe et le licenciement économique d’un  enseignant. La subvention continuant de baisser vertigineusement le bureau en est venu à envisager à court terme la fermeture pure et simple de l’école si la municipalité n’arrêtait pas de les asphyxier financièrement. En réaction la municipalité a procédé à un affichage pour prévenir les parents d’élèves ou elle n’hésitait pas à accuser l’école de musique de prendre les enfants en otages alors que cette situation était le résultat de leur action, mais les affiches ont été très vite retirées. Voici un extrait de cet affichage  cosigné par son adjointe à la culture ou il est écrit : «  Je regrette l’attitude de la direction qui a visiblement décidé de prendre les enfants en otage et de faire peur aux parents.

 

    La lettre au maire

Par la suite la subvention annuelle s’est très vite réduite comme une peau de chagrin et la situation financière de l’école de musique est très vite devenue ingérable. Prise à la gorge par la municipalité et subissant un harcèlement de tous  les  instants  la présidente en exercice s’est vue contrainte de démissionner. A quelques temps de là ce fût la directrice qui donna sa démission le 10 mars 2010! Pour les élus la voie était enfin libre pour nommer un nouveau bureau le 28 juin 2010 dont la vice présidente n’était autre que l’adjointe aux finances.  L’année suivante ce nouveau bureau jetait l’éponge et réclamait une gestion municipale.  Sur décision du conseil municipal du 30 août 2011 l’école de musique devenait municipale à compter du 1° septembre 2011. Le mari de la directrice démissionnaire, lui même professeur à l’école de musique adressa une lettre au maire assez  sévère qu’il terminait par une citation d’Alphonse Daudet : « Pauvrette, de se voir si haut perchée, elle se voyait au moins aussi grande que le monde. »

 

Pour terminer je soumets  à la réflexion du lecteur les faits suivants :

- Le 18 décembre 2010 pour fêter ses 80 ans le patron du dancing rétro invite Mme le maire dans son établissement !

- Lorsque l’école redevient municipale le 1° septembre 2011, son fils en est nommé  directeur !

- La salle polyvalente étant indisponible pour cause d’incendie le 26 septembre 2011, les auditions  de l’école de musique sont accueillies par le dancing rétro !

- La salle polyvalente bien que redevenue opérationnelle en décembre 2012 les auditions ont toujours lieu au dancing rétro.  La dernière date de décembre 2013 et a été suivie d’un goûter offert par la mairie !

 



réponse au bulletin d’auto satisfaction de Madame le maire

 

 

Page 1

« Vous pouvez compter sur moi »

C’est ça oui, on y croit ! Avec des courriers de livradais restés sans réponse, avec des demandes de rendez-vous jamais honorées !

 

« Les hommes et les femmes qui m’entourent [...] n’ont pas de préjugés politiques. »

Peut-être, mais comme à l’équipe précédente, vous leur imposerez votre vision de tout y compris en leur demandant de ne pas dire bonjour aux gens que vous soupçonnez de ne pas voter pour vous !

 

Page 2

« … Nous avons fait le choix d’ignorer les propos ridicules et mensongers véhiculés sur du papier jaune tout au long du mandat. Ils traduisent à la fois une méconnaissance de notre ville et une incompétence évidente de leur auteur. »

Ah bon ? Nous tenons des propos mensongers ? Laissons les livradais en juger !

Pourquoi alors avoir corrigé la plupart des problèmes que nous soulevons dans la feuille jaune ? Pourquoi vos équipes courent-elles dès qu’elles reçoivent la feuille jaune si ce n’est pas pour vite corriger ce qu’on y signale ? Nous trouvons au contraire, que vous nous portez un grand intérêt, au point même de nous réserver un cadre jaune dans votre bulletin ! Merci pour l’importance que vous nous reconnaissez !

 

Page 6

« Réseaux d’assainissement terminés »

C’EST UN MENSONGE Mme PASUT! 

contrairement à ce que vous avez affirmé,  nous connaissons beaucoup mieux Sainte Livrade que vous

- plusieurs secteurs n’ont pas encore été faits ! De nombreux égouts se jettent encore directement au Lot (chemin du Bugatel, route de Miramont, d’Hauterive et Fongrave)

Chemin de la Rose, vc 16 Jean GAY, rue de la source de Gamot, rue des silos, Fonfrède, Grand Champ, Rossignol, Parrou, Vc de Casseneuil, Saint Martin, Rue de la Tannerie

Et toujours en réseau unitaire, pas de réseau séparatif).

Le Lotissement de Julia, le centre ville (rue nationale, rue d’Agen, la Mairie, rue du Docteur Menaud, rue porte campagne, rue Jean Barran, rue de la Paix.

Les branchements des particuliers ont-ils tous été réalisés ?

- Ne reparlons pas des graves dysfonctionnements de la station d’épuration dont il faut prévoir la reconstruction et son déplacement car en zone de trop forte inondation et trop près des habitations.

 

- Les réseaux pluviaux n’ont toujours pas été déconnectés de la station d’épuration, autour de laquelle toutes les eaux usées de la commune débordent quand il pleut !

ET VOUS OSEZ DIRE QUE C’EST AUX NORMES ET QUE LES TRAVAUX SONT TERMINES ?

 

« bâtiments tous conformes aux normes de sécurité »

Des portes-fenêtres qui donnent dans le vide (bâtiment rue nationale) est-ce vraiment aux normes ?

 

« parfait dédommagement de l’incendie de la salle Charles de Cacqueray » 

Alors pourquoi la motorisation du rideau de scène n’a-t-elle pas été rétablie ? C’est pratique tiens un rideau manuel !

Et le chauffage qui est resté en panne pendant des mois après la réouverture de la salle vous n’en parlez pas ? Il a été réparé par quelqu’un qui a loué la salle ! C’est normal ça ?

 

« edf va proposer des indemnisations aux riverains »

Quel montant ? Pour quoi faire puisque la réglementation actuelle appliquée par la Police de l’eau de la DDT (ex DDE) bloquera les gros travaux de fixation de berges !

Page 7 

« nous avons obtenu… »

vous listez les investissement de différents organismes comme s’il s’agissait d’un cadeau de Noël que vous auriez obtenu grâce à vos beaux yeux !

 

Mais cessez de manipuler Madame !

 

Les financements du syndicat eau47 ne sont pas à mélanger avec les subventions ! Encore heureux que le syndicat paye ! C’est sa mission qu’il tente d’accomplir ! Rien de plus ! Les livradais payent l’eau assez cher pour ça !

Pour un peu, vous auriez été capable de vous venter d’avoir obtenu la réception du signal télé à Sainte Livrade !

 

Page 10

« piste piétons et vélos le long de la VC n°2 pour les promenades à vélos ou à pied en toute sécurité«  vers le CAFI

A ceci près que les travaux sont bloqués car :

- vous avez voulu passer sur les propriétés privées sans autorisation !

- vous avez essayé de brancher des eaux sur un tuyau privé sans en avoir l’autorisation !

LES TRAVAUX SONT BLOQUES ET NE SONT PAS PRES D’ETRE TERMINES !

Du centre ville jusqu’au début de cette voie (débutant à l’aviron) expliquez nous où l’on peut passer à pied ou à vélo en toute sécurité ?

 

Page 11

« Spectacles nouveaux et variés [...] Projets culturels »

Vous oubliez d’avouer aux livradais COMBIEN COUTENT TOUTES LES MANIFESATIONS CULTURELLES que vous vous gargarisez d’avoir organisées ! Le montant Madame ! Le montant ! Ayez le courage de le dire !

 

Page 12

« Le cafi, un quartier délaissé remis à neuf »

Vous vous attribuez le travail réalisé par l’ancienne équipe ! Tous les travaux et financements ont été bouclés avant votre arrivée à la tête de la commune ! Alors encore une fois, cessez de vous attribuer des choses que vous n’avez pas faites !

« Réfection de la place du marché » : Ca ne s’est pas vu ! Qu’y avez-vous refait ?

————————————————————————————————-

Dans toutes les pages du bulletin

« CAGV [...] CAGV [...] CAGV »

MADAME ! CESSEZ DE PRENDRE LES LIVRADAIS POUR DES ABRUTIS !

Vous vous attribuez le bilan de la CAGV ! Et tentez ainsi d’embrouiller les livradais !

A l’heure actuelle, c’est VOTRE bilan de maire dont il est question ! Te tentez pas de vous sauvez de la noyade en vous agrippant à la jambe de la CAGV !

C’est les élections MUNCIPALES qui arrivent ! Donc c’est le bilan municipal qui nous intéresse, le bilan de la CAGV on verra plus tard !



véhicules brûlés à Sainte Livrade sur lot

Dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 janvier 2014   -   trois véhicules ont été brûlés et plusieurs auraient eu les pneus crevés ou dégonflés.

nous pensons aux personnes touchées par ces actes « gratuits » d’incivilité.

 

 

DSCF0528b



feuille jaune n°16

1 2 3 4



La feuille jaune n°15

La feuille jaune n°15 123456



photos piscine – voir feuille jaune n° 14

photos piscine -  voir  feuille jaune n° 14 img119r_1Détrompez vous ce n’est pas la pose de la 1ère pierre de la piscine de Sainte Livrade, mais de celle de Malbentre mais l’on ne nous oubliera pas pour son financement

 

 

voici la piscine de Sainte Livrade !!!

 

 

 

 

 

pisc72_1-pisc8_1pisc_1



photos cimetière – suite feuille jaune n°14

photos cimetière - suite feuille jaune n°14 cimet476_1

photos du cimetière - voir feuille jaune n°14

cimet477_1

photos du cimetière - voir feuille jaune n°14



photos bord du Lot -* suite « feuille jaune » n° 14

photos bord du Lot -* suite

photos du bord du Lot - maison de retraite - voir feuille jaune n°14

 

blot482_1

photos du bord du Lot - maison de retraite - voir feuille jaune n°14



12345...8

Association des Parents d'E... |
ÉCOLE CALANDRETA DE NARBONNE |
clshjasseron |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Site Officiel du Domaine RA...
| Les Amis des Sentiers
| AMICCA